Il ne meurt jamais,

Le têtard, au plus profond de l’étang

A la vie, il s’accroche fortement.

 

Il aime et préfère la vie,

Aussi à elle, s’accroche-t-il.

Il aime et préfère la vie,

Tôt ou tard, crapaud il devient,

Signe de sa croissance sublime.

 

Il ne meurt jamais,

Le têtard au plus profond de l’étang,

Ce résistant hors pair, incomparable et constant,

De sa petitesse, il en joue.

 

Malgré les raz-de-marée,

Malgré les horribles tempêtes,

Tôt ou tard, le têtard, crapaud, il devient.

Crapaud régnant dans son étang,

Avec sa femelle, jouissant de tous plaisirs.

 

Fadzi KPODZRO

Cri du Cygne, regard de l’aigle