Comme un coup de tonnerre,

Elle s’est abattue sur moi,

M’assommant de toutes ses forces,

A terre je me suis retrouvée,

Difficile de se relever,

Mais celui qui est tombé au sol,

A besoin du sol pour se relever,

Comme une balle de tennis.

 J’ai compris,

 Avec cette traversée,

 Que la vie est précieuse,

Que la mienne a une valeur inestimable.

J’ai compris,

Que je peux la perdre,

Si toutefois je lui manque de considération,

J’ai compris qu’elle est si fragile,

Mais si je la protège,

Elle devient aussi resplendissante,

Que la beauté de l’aurore. 

 

KEYA

Le crabe n’aura pas raison