Gratitude !

Que nos rêves deviennent réalité. Merci d'être venus sur mon site.

Catharsis

Nom féminin
Didactique
Purgation des passions (selon Aristote). Libération affective.

Cette rubrique a pour vocation d’être un lieu d’échange entre vous et moi.

J’y laisserai de temps en temps des sujets de réflexion, des questionnements, des points de vue. En retour, j’attendrai de vos réponses, propositions ou questions.
N’oublions pas que pour faire vivre ce blog, il sera nécessaire à chaque fois, après votre passage, de laisser un commentaire, un mot.

Que la joie vous accompagne.

J’ai hâte de vous lire très prochainement.

Sincèrement.
Eric KPODZRO

Catharsis 13 : Hisser haut!

Cela ne devrait pas seulement appartenir aux marrains. Toute personne qui essaie de voir grand, de nourrir de grands rêves, devrait être en mesure de dire hisser haut!

Son synonyme serait, je pense , oser voir grand, avoir de grands rêves. Il n’y a rien de mal à nourrir des rêves qui nous paraissent a priori inatteingnables. Car, si nous nous contentons  de voir petit, nous obtiendrons de la vie, de petites choses. Voici une image pour nous aider à mieux saisir cette pensée.

Quand on va au bord de la mer avec un verre d’eau, c’est la quantité d’un verre d’eau qu’on puisera. Tandis qu’avec un tonneau ou une piscine, on obtiendra une quantité proportionnelle à ces contenants.

A chacun de voir.

Amitiés
Ek

Catharsis 12 : Ne jamais abandonner

Il y a un moment où nous avons une seule envie : tout claquer et tout abandoner. Souvent, il nous arrive de ne pas voir le bout du tunnel, des moments dans nos vies où nous avons l’impression que tout espoir est vain.

Oui, il y a des jours où nous avons un mal fou à voir clair dans nos actions. Dans ces moments précisément, il suffit d’un grain de motivation pour se remettre d’applomb.

Mais où trouver cet élan? Pour certaines personnes, c’est dans l’écoute d’une bonne musique, pour d’autres, c’est en regardant un bon film, pour d’autres encore, c’est la lecture d’un bon livre, pour d’autres enfin, c’est la conversation avec un meilleur ami qui les aide.

Dans tous les cas, il faut chercher à s’entourer de personnes positives qui nous poussent à aller de l’avant. Etre avec des personnes qui aiment le défi permet de ne jamais soi-même abdiquer.

Quoi qu’il arrive, ne jamais abandonner ses rêves est le premier pas vers notre propre réussite.

 

Sincèrement
EK.

Catharis 11 : Le plus précieux des trésors.

Je me demande quel est le plus précieux des trésors ? Deux phrases résument excellemment la réponse que je cherchais. Les voici :

La première, vous la connaissez peut-être : « Celui qui me trouve a la vie éternelle ». Elle est de Jésus.

La deuxième vient d’un sage japonais du 13e siècle. Elle dit ceci :

« Un seul jour de vie est plus précieux que mille rio d’or. Que la vie est donc précieuse ».

 Je trouve ces deux phrases belles et profondes en même temps.  Je tenais à les partager avec

vous.

Cordialement
EK

Catharsis 10 : Que disons -nous à chaque fois?

Pris par le rythme de la vie, le cours des choses, nous nous laissons aller, laissant sans bride notre langue.

Mais la langue sans maîtrise peut s’avérer très dévastatrice. La parole est ce moyen par lequel toutes choses prennent vie.

Au commencement était la parole disait Saint Jean. Et un sage oriental affirme que c’est par la parole que s’accomplit l’œuvre du bouddha.

Mais je me surprends assez quotidiennement que mon rapport à la parole n’est pas toujours celui que j’espère avoir. Je me vois en train de mépriser, de maudire ou de calomnier mon voisin, l’autre, celui qui est juste en face de moi, ou qui me tourne le dos, c’est encore mieux.

La langue qui aurait pu servir à magnifier la vie est plutôt utilisée pour détruire cette même vie. Et le seul utilisateur n’est nul autre que toi et moi.

Comment faire pour que ma parole soit impeccable ? Je cherche toujours la réponse.

Bien à vous.

EK.

Catharsis 9 : L’art de faire un pas

Inutile de vous dire ce que vous connaissez déjà. Je parlerai donc de ce que je fais ou tente de faire quand, par moment, je me retrouve dénué de toute envie.

Cette chose qui nous cloue au sol, nous empêchant d’avancer vers la réalisation de nos buts, cette sorte de plomb qui se trouve sous l’ aile de notre élan et qui nous immobilise, il y a plusieurs personnes qui l’appellent procrastination.

C’est un art, celui de remettre à demain ce que l’on peut faire toute suite. Cela me rappelle une petite histoire japonaise.

Kankutso est un petit oiseau aimant le plein air, la vie. Tous les jours, il s’engage à construire son nid. Mais la tentation est énorme. Le jour se lève. Il fait beau, il y a de quoi se divertir.

Alors, il va de ci de là, bondit de branche en branche et savoure pleinement sa journée. Quoi de plus noble !

Le problème, c’est que le soir venu, kankutso n’a pas de nid. Très occupé à s’amuser à longueur de journée, il a oublié le plus important, faire son nid. Il fait froid maintenant, il ne sait où aller. Il pleurt, grelotte de froid. Au plus profond de sa souffrance, il décide. Demain, dès le lever du soleil, je fais mon nid. Parole d’oiseau.

Le lendemain, il fait jour, il fait beau, kankutso ignore sa promesse. Il vole de branche en branche, s’amuse, chante. Le soir arrive et kankutso se plaint à nouveau. Les jours passent mais kankutso n’ a jamais réussi à construire son nid.

Cet exemple m’a tellement interpellé que j’ai décidé de faire chaque jour un petit pas. Faire un petit pas, dans ma tête ne représente rien en réalité . Mais l’accumulation de ces petits pas donne un résultat très surprenant.

Je vous souhaite de multiples petits pas dans ce qui vous effraie le plus, ce qui vous fait le plus reporter aux calendes grecques, ce qui vous tient le plus à cœur.

.

Sincèrement

EK

Catharsis 8 : Création

L’humain est par essence un être qui crée, qui fabrique. Il ne saurait rester longtemps inactif. Mais que crée-t-il au juste? Jusqu’où sa création peut-elle aller?

Les créations de l’homme peuvent-elles être préjudiciables à sa propre survie et à la survie des autres espèces qui peuplent la terre?

Nous savons que par le fait de créer, l’homme marque son passage sur terre et sa maîtrise de mère nature. De nombreuses personnes disent: c’est logique. Le créer devient créateur à son tour.

De nos jours, il y a une multitude de choses qui apparaissent. Mais alors que la création ne cessent de se développer, j’ai l’intime conviction que nous nous rapprochons un peu plus de la sortie de notre vie, et que cet homme créateur ne maîtrise quasiment plus les choses qui, par sa science, voient le jour.

Que faire?

Cordialement

EK.

Catharsis 7: Se lever

Il m’est arrivé de rester dans l’ inaction, de ne pas vouloir faire quoi que ce soit. Il m’est aussi arrivé de passer toute la journée au chaud dedans mon lit et ne jamais sortir ma tête hors de ma chambre. Comment décrire alors ce phénomène?

Certains l’appellent déprime, d’autres dépression, d’autres encore burn out, etc.

Je n’ai pas de mots pour le décrire si ce n’est  d’essayer de vivre ma vie  intensément.

Autrement dit, quand il faut se coucher, il faut se coucher. Quand il fil se lever, se lever. Puisque chaque chose est en son temps, il serait regrettable, par négligence, de passer à côté de sa vie.

Il importe non seulement de se lever, mais il faut se réveiller. Le réveil est une perle rare qu’il faudra rechercher. Se réveiller du profond sommeil qui est le nôtre, se réveiller de l’ignorance fondamentale qui nous accapare, et éviter de tomber dans le piège que même ’en étant éveillés, nous dormons toujours.

Bien à vous.

EK.

Catharsis 6: Le non jugement

Porter à chaque instant un jugement sur toute chose, sur chaque personne rend l’existence pénible et terne. Au contraire, le non-jugement libère par son caractère intègre et dessaisi du réel. Il rend léger celui qui le pratique.

Se rapproche-t-il de l’épochè des pyrrhoniens? La fameuse suspension du jugement au sens où il n’y a aucune vérité à savoir? Peut-être.

Le non-jugement dont il s’agit ici n’est pas un refus de rechercher la verité, mais plutôt un refus de porter un jugement, quel qu’il soit sur un objet ou une personne.

C’est une suspension qui procure la quiétude, la tranquillité du sage, l’ataraxie tant désirée et recherchée par les stoïciens.

Essayer le non-jugement, c’est entammer une totale libération de soi et des autres.

Bon courage à vous!

EK

Catharsis 5 : Le petit grain de sel

Le sel sert à relever le goût, dit-on habituellement. Quand on en vient à ne plus en user, c’est peut-être qu’on suit un petit régime pour un certain temps.

Le petit grain de sel, à mon sens, n’est rien de plus que l’effort fourni pour renverser une situation a priori chaotique. Par exemple, quand je sens la colère montée en moi, suis-je en mesure de la canaliser ? Quand je sens la haine prendre le dessus, suis-je en état de la dompter et la transformer en bienveillance ou

compassion ?

Le grain de sel  a tout son sens dans la mesure ou je suis dans le processus de transformation, celle qui me permet d’aller de mieux en mieux. Son équivalent est ce que j’appelle la force de la joie. Elle est

ce grain de sel que je cherche toujours à expérimenter.  Or, la joie est dans le cœur de tout être humain.

Elle est  parfois happée par les méandres des souffrances de la vie quotidienne. Certes.   Il est cependant

préférable de ne jamais oublier cette joie qui fait notre essence, qui n’est nulle part si ce n’est déjà en nous.

Sincèrement.

EK.

Catharsis 3 : Le don

Il y a une notion qui m’a interpellé dans le bouddhisme : c’est le don. Le don ne se pratique

plus assez. Dans tous les rapports humains, il existe toujours des interférences. Et j’appelle interférence, toute idée de calcul, d’intérêt qui vient s’immiscer dans les relations pour faire obstacle.

Tout est rendu faux, mesquin et fourbe. Nous ne sommes plus entiers et cela me désole. On entend en effet souvent dire : qu’est-ce-que je gagne là-dedans ? Et moi alors ? Je constate malheureusement que le don est tombé dans les oubliettes et laisse place à la ruse, la tromperie et le gain.

Or, la pratique du don est à mon avis, un dépassement de soi, un maintien de l’altruisme, de l’ hospitalité et de la chaleur humaine. Il est ce qui facilite l’expression du cœur de l’homme, et j’appelle cœur, cette fibre quasi disparue dans nos liens.

Faire le don, c’est aller vers l’autre, c’est donner de son temps, c’est prêter l’oreille à ce qu’il nous raconte, sa joie, ses peines.

Enfin, faire un don ne veut pas dire être en possession d’une richesse préalable. C’est simplement être prêt à quelque chose, être apte à donner tout court. Et il y a moult moyens de donner, si l’on cherche bien.

Sincèrement.

EK.

Catharsis 4 : Interconnexion entre soi et son environnement

J’arrive à l’idée suivante : il existe une interconnexion entre toutes choses. Il me paraît clair que tous les êtres sensitifs tout comme non sensitifs sont de façon totale et permanente en connexion et interagissent à chaque instant. L’abeille ne pourrait pas faire son miel sans l’existence des fleurs. L’arbre a besoin de la pluie, le poisson l’océan et l’on ne peut séparer les vagues de la mer.

Une fois cette idée admise, je pense que ma conclusion est la suivante : chaque action posée par untel a une influence voire une conséquence sur toi ou moi. Nous ne pouvons plus vivre comme si tout ce qui se passe autour nous ne nous regarde pas. Comme on peut être amené dès fois à dire, « cela ne m’atteint pas pour l’instant », ou encore « Dieu merci, j’en suis épargné».

Se sentir concerné par ce qui se passe, dire que la souffrance de l’autre est la mienne, mieux encore si l’autre souffre, je souffre, c’est faire preuve de cette compassion, une qualité nécessaire pour sortir de cet égotique ou égoïsme grandissant.

Il y a interconnexion entre soi et son environnement. Et la déforestation, la pollution, ont une conséquence immédiate sur ce qui nous entoure : la destruction de la couche d’ozone est une preuve parmi tant d’autres.

Dans un couple par exemple, il suffit qu’une seule personne aille mal, c’est l’ensemble de la maisonnée qui en sera troublé. La seule issue possible, est, me semble -t-il, une prise de conscience que nous faisons partie de cette grande famille qu’est la chaîne humaine.

Et, tout comme une chaîne, il suffit qu’un maillon manque ou soit mal en point pour que l’ensemble s’en trouve disharmonieux. Il est encore peut être temps pour faire quelque chose.

Bien à vous.

EK.